Changer de vie

Posté le Fév 9, 2018


Changer de vie

 

Ce post est un peu particulier aujourd’hui, dans le sens où j’avais envie de me livrer un peu à vous, afin de vous montrer un peu plus qui je suis et quelles sont mes aspirations. Ce billet parlera peut être à certains d’entre vous, il explique comment en changeant de cap, j’ai en quelque sorte fini par changer de vie. Bonne lecture 🙂

travel 1

 

Il y a deux ans maintenant, je quittais mon job pour m’envoler vers l’Australie.

Je me souviens encore des réflexions de mes collègues concernant mon envie de quitter la boîte :

“On sait ce qu’on perd mais pas ce qu’on gagne” ou encore “Un cdi c’est dur à trouver…” 

Et puis je me suis retrouvée à Sydney, dans un appart avec balcon duquel on voyait la mer, et je me rappelle que tôt le matin en buvant mon thé je m’étais dit ceci: ” changer de vie, c’est simple comme un billet d’avion”. C’est fou comme à écouter ses craintes et les gens en général on fini par penser que tout est compliqué ou que nos envies sont irréalistes. Alors qu’en fait, j’avais juste eu à tout plaquer, faire ma valise et effectuer une demande de visa avant d’acheter mon billet.

Un aller simple svp. Pour le retour on verra.

C’est marrant parce qu’à la base, les pays très américanisés ne sont pas ceux qui m’attirent le plus (l’Inde, le Maroc, l’Italie, c’est davantage ma came…).

Toujours est il que vivre à l’étranger m’a ouvert les yeux sur plein de choses. Certaines que j’avais déjà entrevues dans mes précédents voyages, comme le fait qu’il n’existe pas qu’un seul modèle de vie et une seule façon de bien faire les choses. Mais plus profondément, sur ce que je voulais vraiment dans la vie.

 

SYDNEY

 

Tout simplement être libre. Faire les choses comme je le sens, ne pas avoir le sentiment de participer tous les jours à une mascarade qui ne me correspond pas (j’ai pas l’esprit corporate, j’y peux rien). Le petit jeu du paraître auquel j’avais été confrontée dans les différentes sociétés pour lesquelles j’avais bossé, me saoulait. C’est simple, j’avais l’impression que c’était le schéma de l’école qui se répétait… encore.

En Australie, le schéma différait sur certains points : ceux qui partaient après l’heure n’étaient pas mieux vus que ceux qui partaient à l’heure (d’ailleurs c’était plutôt l’inverse), l’épanouissement personnel est quelque chose de très important, et, chose à laquelle je n’étais pas trop habituée, lorsque le boulot était bien fait, notre responsable le soulignait (sans vouloir jouer les rabats joie, en France quand le boulot était bien fait mes responsables ne disaient rien, en revanche vous étiez fusillé à la moindre petite erreur fusse t-elle ridicule).

Bref… après cette expérience, le retour en France m’a pas mal déboussolée. Je ne trouvais plus ma place, je n’arrivais plus à alimenter ma curiosité (ce qui est beaucoup plus facile à faire lorsqu’on est à l’étranger vu que tout est source de découverte). Je savais seulement que je ne pourrais plus retourner dans une entreprise “normale”, au sein d’une ambiance pesante.

Arriver en avance et repartir plus tard pour ne pas être moins bien vue que mes collègues (et oui à la fin, j’en étais arrivée là pour m’éviter des commentaires déplacés), accepter de bosser comme une acharnée pour une reconnaissance quasi nulle où on me dira que déjà, j’ai bien de la chance d’avoir un job, et que non, je ne pourrais pas être augmentée malgré tous mes efforts, parce que déjà, je suis payée pour ça et ensuite je suis en cdi, si je suis pas contente, je sais où est la porte (du vécu). Je ne parle même pas des perspectives d’évolution, pour lesquelles je devais me bagarrer sans cesse alors que je faisais du chiffre, comme ils le disaient si bien… Bref…

Du coup il était évident que je ne pourrais plus suivre le schéma pro suivi jusqu’alors, et qu’il me faudrait réfléchir à une autre façon de faire.

Mon truc à moi, c’est bouger, à un tel point que quand j’ai annoncé ma grossesse à mon entourage ils étaient tous surpris :” Toi? Toi qui est tout le temps à droite à gauche tu veux un enfant ??? ”

Ben oui. J’ai envie d’être maman et je suis sûre que je trouverais un moyen de continuer à voyager, sauf que cette fois mon petit bout sera à mes côtés. Ce que je voulais aussi, c’était ne pas m’ennuyer. Pouvoir travailler sur des thèmes différents sans être condamnée à la redondance des tâches. Je me suis souvenue qu’ailleurs, les gens ne vivent pas forcément que d’une seule activité. Alors pourquoi ne pas m’investir dans différents projets qui me plaisent et attisent ma curiosité, sans que ces derniers aient forcément un lien entre eux? 

BIM! L’idée était lancée, en tout cas dans ma tête mon idéal se dessinait petit à petit. Avoir plusieurs activités dans des domaines qui me passionnent, et qui me permettraient à terme de vivre en me laissant la possibilité d’organiser mon temps de travail comme bon me semble. De cette manière, si l’envie de bouger me prend,  je pourrais assouvir ce besoin sans trop de contraintes.

 

changer de vie

 

Alors voilà, il y a maintenant un peu moins d’un an, je me mettais en auto-entreprise, et je créais ma petite boîte de comm. C’est pas facile tous les jours, surtout que je tombais enceinte 3 mois après l’avoir créée, mais pas grave, je tente. Ce n’est que l’un des nombreux projets que j’ai en tête, le but n’étant pas de faire fortune, mais juste de vivre décemment et pouvoir apprécier ce que je fais au quotidien.

Et vous savez quoi? Je revis.

 

Envie de vous épanouir avec moi? Voici quelques pistes !

14 Commentaires

  1. Je suis au Canada depuis 6 ans et je me suis vraiment reconnue dans ce passage :
    “En Australie, le schéma différait sur certains points : ceux qui partaient après l’heure n’étaient pas mieux vus que ceux qui partaient à l’heure (d’ailleurs c’était plutôt l’inverse), l’épanouissement personnel est quelque chose de très important, et, chose à laquelle je n’étais pas trop habituée, lorsque le boulot était bien fait, notre responsable le soulignait”
    Et ce système me convient vraiment mieux que le monde du travail où j’ai évolué à Paris avant mon départ.
    Tu as bien de te lancer.
    Après tout nous sommes uniques, pas besoin de faire comme tout le monde, non? 🙂

    Poster un commentaire
  2. Merci de nous partager tes confidences, je te trouve vraiment courageuse, bravo et continue à t’écouter sans te préoccuper des autres, c’est ta vie après tout. Je te souhaite le meilleur dans tes projets. Bisous.

    Poster un commentaire
  3. Le schéma professionnel que tu décris, je le connais aussi. Ton article tombe à pic comme on dit car je réfléchis beaucoup à changer de vie moi aussi. Ton article fait du bien à lire. Tu as su passer au-dessus des critiques et des remarques, ton courage a été positif à priori. Je te souhaite le meilleur.

    Poster un commentaire
    • Merci beaucoup 🙂 Hélas ce schéma pro est un peu trop banal et peut même conduire au dégoût du travail en entreprise. Prendre le temps de voyager un peu ou même de ne rien faire du tout peut aider. Les idées finissent souvent par arriver d’elles mêmes quand on laisse son esprit vagabonder librement.

      Poster un commentaire
  4. Merci pour cet article! Quand je lis la description que tu fais de ton ancien job en France, et bien je me rends compte que nous sommes vraiment beaucoup à “subir” ce schéma professionnel. Bravo à toi en tout cas ! J’aimerais avoir moi-même le courage et la motivation pour trouver ma propre voie, peut être qu’un jour comme toi, je serai prête à tout lâcher.
    Je te souhaite de continuer à t’épanouir dans tes activités 🙂
    bises

    Poster un commentaire
    • Merci beaucoup pour ton message Laurianne, en effet ce schéma est assez répandu et c’est bien dommage. Je ne vois pas comment il est possible de s’épanouir dans un environnement qui nous est néfaste. J’espère que tu trouveras bientôt une voie qui te convienne davantage. Parfois il faut du temps pour comprendre ce qu’on veut réellement et ce dont on a vraiment besoin. A bientôt !

      Poster un commentaire
  5. l’important est de faire ce que tu aimes ou du moins d’être dans un environnement qui te plaise. Tu aimerais aller vivre où à présent?

    Poster un commentaire
    • Pour le moment j’ai trouvé un compromis: mon compagnon et moi restons en France, il a lui aussi ses projets à développer, mais je continue de partir plusieurs fois par an, c’est ma bulle d’oxygène à moi même si la Norvège commence sérieusement à me faire du pied 🙂

      Poster un commentaire
  6. Un très bel article plein de sincérité ! Je m’y retrouve en partie. Je voyage beaucoup, ces 5 dernières années j’ai changé de pays tous les ans et je n’ai toujours pas trouvé d’endroit où me “poser” – et pourtant je suis mariée et rêve d’être maman 😉 Ce ne sont pas des objectifs incompatibles. Bien trop de gens se bloquent pour diverrses raisons, et ne comprennent pas les envies comme les nôtres.
    Ce n’est pas toujours facile mais j’espère que tu continuerais à t’épanouir dans ce que tu entreprends et ce qui te tient à coeur !

    Poster un commentaire
    • Merci pour ton message Anousha!Je suis bien d’accord, voyager et être maman ce n’est pas incompatible. Je te souhaite de trouver un endroit où poser tes valises et où tu te sentiras bien. C’est un peu compliqué lorsque l’on est habitué à vadrouiller de se poser sans ressentir une certaine frustration 🙂 Au final, on fini quand même par y arriver!

      Poster un commentaire
  7. Hey toutes mes félicitations ! c’est encore une belle aventure qui t’attend d’être Maman ! Comme tu dis si bien il faut éviter d’écouter ses craintes et les gens car ce ne sera pas des décisions qui nous ressemblent. En tout cas ce partage d’expériences démontre que tu sais puiser en toi la force nécessaire pour affronter tous les obstacles ! Je te souhaite sincèrement tout le meilleur, surtout pendant la grossesse il est très important de garder un esprit positif 😉 perso moi j’ai tenue un album de grossesse où j’ai noté mon évolution et celle de la Puce, les événements à retenir, les sorties etc. Comme ça plus grande elle saura exactement ce qu’il s’est passé durant les 9 mois 🙂 En attendant profites-en à fond ! Bisous,
    Nati http://tcha-tcha-tcha.publicoton.fr/

    Poster un commentaire
    • Merci beaucoup Nati. Je retiens l’idée de l’album de grossesse, c’est une très bonne idée 😀 Bisous

      Poster un commentaire
  8. Je trouve très chouette que tu ne te sois pas laissée impressionner ni démotiver par les réflexions défaitistes. C’est incroyable ce que les peuvent être maladroits dès que tu veux sortir des sentiers battus. Bravo à toi

    Poster un commentaire
    • Oui comme tu dis, les gens sont parfois très maladroits. mais je pense que paralysés eux même par leurs propres craintes, ils transmettent peut être sans le vouloir leurs peurs aux autres. Le tout est de ne pas trop se laisser déstabiliser. Bisous et à bientôt !

      Poster un commentaire

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *